Capçalera3

Newsletter nº3: Semi-Collective Transport

Qu'est-ce que le Transport Semi-Collectif?

Les termes "Transport Semi-Collectif (TSC)" et « transport informel » -en anglais « Semi-Collective Transport »  et "informal transport" (UITP), respectivement-, ainsi que  "share taxi" (taxi partagé)  (cf. Wikipédia http://en.wikipedia.org/wiki/Share_taxi) décrivent l'activité de transport exercée par des véhicules loués, typiquement plus petits qu'un bus qui prendrait couramment des passagers sur une route à parcours fixe où semi-fixe, s'arrêtant au besoin pour prendre ou déposer des passagers. Ces véhicules vont depuis la voiture à quatre sièges jusqu'au minibus, et sont souvent opérés par leur propriétaire. Dans les pays en développement, ces services constituent le principal moyen de transport. Ainsi, le véhicule n'abandonne le terminus que quand il est plein. L'absence d'opérations règlementées conduit au souci de l'insécurité et peut attirer le crime organisé.

Dans les pays développés  le « Transport Semi-Collectif » -aussi nommé « transport à la demande » ("Semi-Collective Transport" en anglais) – sert en origine comme service pour ceux qui manquent de voiture et se trouvent sur des zones rurales, moins denses en population (où les autorités cherchent des alternatives low-cost par rapport au bus).

Cependant, quel qu'en soit le point de départ,  ces autorités visent de plus en plus à changer les normes pour améliorer les services fournis par les technologies de l'information de pointe, y compris les suivis  GPS, les systèmes de réservation, ainsi que les téléphones mobiles qui coordonnent passagers et véhicules. Désormais, plusieurs nouveaux systèmes de partage taxi utilisent internet. Plusieurs applications mobiles émergent aussi des centres de transit issus des grandes villes développées.

Dans les pays développés  le « Transport Semi-Collectif » -aussi nommé « transport à la demande » ("Semi-Collective Transport" en anglais) – sert en origine comme service pour ceux qui manquent de voiture et se trouvent sur des zones rurales, moins denses en population (où les autorités cherchent des alternatives low-cost par rapport au bus).

Cependant, quel qu'en soit le point de départ,  ces autorités visent de plus en plus à changer les normes pour améliorer les services fournis par les technologies de l'information de pointe, y compris les suivis  GPS, les systèmes de réservation, ainsi que les téléphones mobiles qui coordonnent passagers et véhicules. Désormais, plusieurs nouveaux systèmes de partage taxi utilisent internet. Plusieurs applications mobiles émergent aussi des centres de transit issus des grandes villes développées.

 

Identification des Bonnes Pratiques

Le projet RAMUD vise à identifier les cas de bonnes pratiques à relever  en zone urbaine,  pour les pays développés comme pour les non développés, autour de la Méditerranée. On retrouve sur Wikipédia http://en.wikipedia.org/wiki/Share_taxi un point de départ prometteur, avec un aperçu global qui nous aide à repérer les principales caractéristiques de ces services. Notre attention se penche vers certains des services les plus importants en Méditerranée (Dolmusof en Turquie, Louage en Tunisie, Microbus en Égypte, Sherut pour l'Israël, Grand Taxis au Maroc et Share Taxis en Grèce et Chypre, etc.).  Wikipédia contient aussi des avertissements offerts par les ambassades contre des services considérés peu sécurisants pour les touristes.

 

Joignez le Réseau Expert RAMUD

C'est bien pour valider et développer cette information (et ainsi repérer les cas pertinents de bonnes pratiques) que nous avons crée un Réseau Expert qui couvre déjà 8 pays de la Méditerranée. Nous sommes impatients de pouvoir entendre des experts prêts à collaborer pour collecter plus d'infos, particulièrement en ce qui concerne les services en Turquie et en Égypte. Souhaitez-vous aider ? Cooordinateur du Réseau: Fèrlix Arnal Bigas farnal@bcn.cat / +34 934 023 985.

 

" Cette publication a été réalisée avec l'aide financière de l'Union européenne dans le cadre du Programme Bassin Maritime Méditerranée ENPI CBC . Le contenu de ce document sont la seule responsabilité de l'Ajuntament de Barcelona et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne ou des structures de gestion du Programme " .